moocmooc

Partage de projets


Poster un commentaire

Le grand complot

On en parle un peu partout en ce mois de février 2016 : Internet, « l’augmenteur de réalité », voit fleurir les complots à tous les coins de blogs et autres réseaux sociaux.

Qui les dénonce, qui en fabrique, qui met en garde…

Un petit tour sur cette sphère, à commencer par l’Observatoire du conspirationnisme qui propose entre autres une vidéo de i-télé sur « Internet : la fabrique du complot » (Le grand décryptage) ; émission dans laquelle son fondateur, Rudy Reichstadt, était sur la plateau.

Marjorie Decriem, professeur documentaliste aux USA, a préparé pour ses élèves une « Introduction à la désinformation » avec une chouette infographie et une petite vidéo donnant les définitions de mésinformation et désinformation, et proposant quelques pistes pour exercer son esprit critique.

Taupe 10 sur Youtube présente les 10 théories du complot les plus véhiculées sur le Web.

Pour savoir tout, tout, tout sur le complot, suivez #DATAGUEULE 50.

Et jusqu’au gouvernement qui publie « On te manipule« , un article illustré d’images et de vidéos qui invite à « prendre du recul par rapport aux informations qui circulent ». Parce qu’elles circulent particulièrement vite et abondamment, sur les réseaux sociaux !

Mais le plus édifiant, à mon avis, c’est cette BD (dont je ne connais pas l’auteur) :

pere_noel


1 commentaire

Ruptures et congruences

C’est joli, comme titre, non ?

Jérémy Rifkin, dans sa théorie de « troisième révolution industrielle« , prédit un bouleversement de notre mode de vie – une nouvelle civilisation, en somme. Internet deviendrait le schéma universel : coopération et collaboration, partage de biens, de travail, d’énergie et de savoirs. L’économie est à repenser, l’éducation aussi, toute la société enfin.

Comme pour la première révolution industrielle, celle qui, au XIXe siècle, célébrait l’utilisation des moteurs à vapeur dans les transports (la locomotive), la communication (la presse) et la mécanisation du travail, la seconde révolution, au XXe, voyait avec l’utilisation du pétrole une individualisation des transports, un emballement de la production industrielle, conjointement à la naissance des médias audio-visuels et la démocratisation du téléphone. La troisième correspond à la fin de  « l’âge de carbone » et au développement des énergies renouvelables,  à l’échange et au partage des informations via le web, à la prise de conscience par l’homme de la nécessité  de préserver son environnement.

Michel Serres, lui, a exploré le champ plus restreint de la communication. Il note une première rupture avec l’invention de l’écriture, quand le savoir n’a plus besoin d’être dans la tête, puis l’imprimerie, qui va démocratiser ce savoir et aujourd’hui Internet qui le met à la disposition de chacun.

Lui aussi, avec « la petite Poucette » annonce cette nouvelle société de partage et de collaboration.

Voilà donc le temps des ruptures – que nous vivons et dont nous n’avons donc pas pleinement conscience. La congruence des points de vue donne à penser qu’en effet, une nouvelle ère s’annonce, et moult indices tendent à prouver que les deux grands penseurs sont sur la bonne piste …

– la lente mais inévitable percée de l’éco-conception (cradle to cradle) qui va dans le sens des trois piliers du développement durable (voir sur RSE pro par exemple). Sur ce site d »Information sur la Responsabilité Sociale, pour une entreprise durable », il est question de SCOP (société coopérative et participative, forme juridique qui existe depuis des années, mais devient de plus en plus adoptée par les nouvelles entreprises), de réseaux et des changements de comportements qu’ils peuvent induire chez les consommateurs.

– les avancées des énergies renouvelables, partout en Europe et les constructions qui économisent voire fournissent de l’énergie (bâtiments à énergie positive). Cette énergie qui devra être distribuée et comptabilisée grâce aux compteurs « intelligents » (réseau SMART GRID en France, qui ne donne pas toute satisfaction aux utilisateurs actuels – doux euphémisme …)

– les nouveaux véhicules aujourd’hui hybrides, électriques, et demain à hydrogène (voitures à PAC) – et puis le co-voiturage étendu, grandement facilité grâce à Internet.

– et enfin l’évolution de l’apprentissage, sinon de l’éducation … témoin ce MOOC ! Et tiens, trouvé aujourd’hui de quoi porter de l’eau à mon moulin sur la « pédagogie ouverte« , adaptation de la démocratie ouverte : « Armel LeCoz et Cyril Lage ont réalisé un schéma très clair de la démocratie ouverte (organisée autour des trois piliers : coopération,  transparence et participation). »

De « verticale » (hiérarchique), l’organisation de la société deviendrait « horizontale » – en réseau, quoi.