moocmooc

Partage de projets


1 commentaire

La Webradio des DP3

Cette année en Découverte Professionnelle 3 heures, le « fil rouge » tourne autour de la webradio. Le projet, élargi à l’école faisant partie de notre Réseau d’Education Prioritaire, a été présenté au CARDIE d’Aix-Marseille, et reçu favorablement.

J’ai participé au MOOCdocTICE EMI (proposé par les documentalistes de Besançon en 2014) et, avec 4 documentalistes de différentes régions, nous avons travaillé en ligne à l’écriture d’un projet de webradio en classe en s’appuyant sur une veille nourrie au fur et à mesure de nos recherches. Nous avons proposé une séquence en particulier, « Enigmétiers« , que j’ai mise en œuvre à la rentrée 2015 avec les DP3.

Les professionnels de la radio : nos inspirateurs

Nous avons reçu un journaliste, une animatrice et un technicien de France Bleu Vaucluse dont les studios sont sur Avignon, pas loin du collège. Nous en avons retenu des méthodes d’interviews, d’écriture pour la radio, de rythmes dans une émission, d’astuces de montage. En conférence de rédaction, nous avons décidé des rubriques et de leur organisation, pour aboutir à un conducteur type pour nos émissions.

Notre webradio

Il était temps de donner un nom à notre production : Radio Dis-moi Tout était née ! L’émission des DP3 sera Dis-Moi les Métiers. Nous laissons le micro ouvert aux autres projets du collège – quand les collègues et les élèves seront prêts (on compte 40 projets pour cette année, dans notre établissement… certaines productions écrites sont visibles sur le site du collège). Micro ouvert également à l’école de rattachement Louis Pergaud.

Nous avons préparé quasiment en parallèle 3 émissions qui seront diffusées successivement, à partir de janvier (dès que les autorisations de diffusion des voix sont signées). Nous prévoyons ensuite la mise en ligne d’une émission Dis-Moi les Métiers toutes les 3 semaines, soit une dizaine pour cette année.

Notre matériel

  • Un ZOOM h4 (personnel) avec un pied et 4 cartes SD + un lecteur de cartes externe
  • 2 dictaphones numériques (et les smartphones des élèves si besoin)
  • 15 postes informatique en réseau avec un dossier partagé, Internet pour les recherches et Audacity pour le montage du son
  • un blog (WordPress) intégré à notre ENT
  • des cahiers pour prendre des notes

ZOOM-H4N

Les fiches de travail et d’aide

Qui fait quoi ?

Les élèves font quasiment tout… Ma collègue de lettres et moi (nous co-intervenons pendant les 3 heures) contactons les professionnels et prenons les rendez-vous. Nous donnons quelques conseils et avis, des coups de main techniques et programmons l’organisation globale des séances. Jusqu’à présent, j’anime la conférence de rédaction et je récupère les fichiers audio pour les transférer sur le dossier partagé (parce que j’endosse le quota de données – j’ai un compte illimité…)

Nous décidons ensemble de la répartition du travail et discutons des angles de vue à adopter pour chaque sujet. Quand nous avons besoin d’idées, pour les jingles par exemple, nous pratiquons la méthode du brainstorming – très efficace ! Le rôle de secrétaire est endossé par les volontaires, pas toujours les mêmes. On sent malgré tout des spécialisations qui se font naturellement : les uns sont plus à l’aise au montage, d’autres préfèrent chercher les sons, et certains sont toujours partants pour interviewer ou pour parler au micro. La rédaction des articles, passage incontournable pour tous, semble un mal nécessaire…

Les difficultés

Le démarrage est long, si on veut une émission construite. Mais personne ne s’est ennuyé en attendant la première diffusion. Cent fois sur le métier ils ont remis leur ouvrage, et on sent les progrès ! Bref, c’est bien quand on a du temps, quand même…

Le plus long et compliqué, pour le moment, c’est le dérushage des interviews : les élèves ne se projettent pas suffisamment pour obtenir rapidement les réponses qui vont leur être utiles. Voilà le problème de notre temps : la technologie d’aujourd’hui nous permet l’abondance et l’on s’y noie. La frugalité obligerait à aller à l’essentiel – mais l’exercice est ardu !

Plus…

Participant à une (in)formation sur les usages responsables du numérique, j’ai choisi d’entrer dans la problématique par le projet… que j’ai illustré avec la webradio. On entre dans le cadre de l’Education aux médias et à l’information et de la formation du citoyen et analyses critiques, respect d’autrui et de soi-même, liberté d’expression y ont la part belle.

Publicités