moocmooc

Partage de projets


3 Commentaires

Carte mentale et trouble des apprentissages

… Suite de l’article précédent, parce que j’ai rencontré les parents des classes de 3ème hier.

J’ai voulu quand même quantifier la plus-value de la carte mentale pour mes élèves à l’apprentissage contrarié : tout simplement sur les notes obtenues à ce fameux contrôle (en 3ème, il faut avoir des moyennes chiffrées pour le brevet…) Les 3 élèves repérés officiellement, pour lesquels nous avons reçu des consignes d’accompagnement de la scolarité, ont obtenu 2 à 2,5 points de plus que la moyenne de leur classe.

Obligés de travailler bien plus que les autres pour obtenir habituellement de maigres résultats, je les ai vus s’étonner, s’épanouir, être fiers d’eux.

« J’avais tout retenu, je n’ai pas eu besoin de mes cartes pendant le contrôle » – m’a dit Rizlane.

Quand j’ai annoncé le 20 de Sara, les autres ont applaudi (c’est des sympas, dans cette classe… et des tout bons, en plus).

L’analyse réflexive de son travail est un exercice difficile – j’ai poussé quelques uns à aller au bout. Ils l’ont fait sans rechigner, et même surpris par ce qu’ils comprenaient de leur propre fonctionnement.

analyse_controle

Quant aux parents, ils se sont montrés curieux, intéressés, preneurs pour leur propre compte pour certains. Voilà autant d’arguments qui m’encouragent à continuer !