moocmooc

Partage de projets

Les compétences info-documentaires

Poster un commentaire

Pas de recherche efficace sans un réel besoin d’information et d’un objectif d’utilisation. (Et la sérendipité, vous me direz ? je vous vois venir … Dans ce cas, le besoin procède de la curiosité insatiable de l’internaute fouineur, qui trouvera bien une utilisation à sa trouvaille, je vous connais, je suis pareille.)

Au fil de mes recherches, notamment sur les sites des URFIST, des profs doc et autres universités francophones, j’ai construit un petit schéma du moteur à 4 temps de la recherche documentaire :

  • accéder aux informations
  • les mémoriser, les compiler
  • les hiérarchiser (travail de l' »expert » critique qu’il faut devenir …)
  • les utiliser, produire

Accéder aux informations : il faut savoir qu’elles existent ! Après, où et comment les trouver, on a plein d’outils et d’astuces dans toutes les bonnes méthodologies proposées ici et là. Et la veille … on en reparle !fq

Les mémoriser : voilà qu’interviennent les applications en ligne déjà largement évoquées sur ITyPA pour compiler, organiser et commenter ses signets. (Delicious, Diigo, …)

Les hiérarchiser : c’est là, à mon sens, le cœur du travail, le plus difficile, le plus important, peut-être le plus générateur d’apprentissage. Cela suppose d’avoir pris connaissance de la ressource et d’y avoir trouvé un intérêt puisqu’on l’a gardée (pertinence par rapport au besoin d’information). Mais il faudra aussi l’interroger sur sa qualité pour lui accorder ou non sa confiance. Il est là, le travail de l’expert. De l’expert dans son domaine, qui pourra juger du contenu, des idées présentées, des références proposées. De l’expert info-documentaire qui saura trouver l’origine de la ressource, les auteurs et leur point de vue éventuel, la fraîcheur de l’information, le contexte environnemental – bref, se faire une idée de sa fiabilité. Toute cette trituration nécessite un travail d’appropriation – ne serait-ce que pour croiser les sources et comparer les documents obtenus qui met en place les connaissances.

Reste à produire ce pour quoi on faisait la recherche. Mettre en forme, mettre en mots, synthétiser, créer … et renvoyer l’info dans la machine :-)) Avec quelques délicatesses pour les prochains : annoncer ses intentions de publication (je partage des connaissances – d’autres vendent, certains veulent vous convaincre et d’aucuns souhaitent simplement se montrer …) et dire qui on est – ça évite moult recherches parfois hasardeuses.

Publicités

Auteur : fsarto

Professeur en collège et formatrice TICE.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s